Accueil

couvweb

Incongrue serait la présence des réalisations cinématographiques des « Marx Brothers » dans un bel et grand hôtel surplombant Lausanne, hôtel devenu désormais un haut lieu de l’Art Brut. Toutefois cette intrusion dans le musée de l’Art Brut, pour le moins insolite, ne doit pas entraîner de malentendu. Loin de suggérer que les tribulations marxiennes puissent se ranger en toute simplicité aux côtés des productions d’auteurs apparentés à l’Art Brut, sous l’impulsion du grand inspirateur de la notion d’Art Brut, Jean Dubuffet, il s’agit avant tout de les appréhender autrement, à l’instar de ce même Dubuffet vis-à-vis de travaux dont le sort paraissait en réalité scellé.
Ainsi s’inspirant plus des ressorts d’une aventure atypique orchestrée par Dubuffet, dont en son cœur figurait la difficile et épineuse question de la folie, il importe de s’écarter de « diagnostics » existants et d’envisager de « libérer » les Marx d’un « enfermement » dont ils sont, à leur corps défendant, victimes. S’il y a lieu de parler de folie à leur égard, de quelle folie est-il vraiment question ?
En outre, mettant en lumière la difficile élaboration d’un concept original, soulignant ses vicissitudes et ses aspects contradictoires, il s’agit d’entrevoir les méfaits marxiens dans la sphère cinématographique, en ayant à l’esprit les questions relatives à toute entreprise rationnelle de cerner les tenants et les aboutissants d’une œuvre, quelle qu’elle soit.
Finalement à la jonction de ces chemins, se dresse la figure du philosophe Clément Rosset et s’immisce une philosophie prenant appui sur une définition précise du « réel », auquel le personnage interprété par Harpo Marx n’est pas étranger, une philosophie s’enquérant, en rapport avec cette définition du réel, de la vanité du langage et dont la grandiloquence du personnage joué par Groucho Marx renvoie immanquablement.
Bref, à l’aune de l’aventure, instructive, de la Compagnie de l’Art Brut, et des efforts de son porte-parole, l’aventure des Marx Brothers, déclinée à l’identique, sous forme de fascicules, alimente allégrement les questions essentielles ayant trait à la création et à toute tentative d’en inscrire à la fois la singularité et la légitimité.

« Le secret de la tautologie, qu’on pourrait appeler “son démon” au sens d’ensorcellement et de cercle magique, est que tout ce qu’on peut dire d’une chose finit par se ramener à la seule énonciation, ou ré-énonciation, de cette chose même. »

Clément Rosset

Cf. Avertissement

Laisser une réponse